top of page
Rechercher

L'histoire fascinante de la police secrète Ming, la Garde de Brocart, Jǐnyīwèi.

La Garde de Brocart, Jǐnyīwèi 锦衣卫 ; lit. « garde vêtue de brocart » était la police secrète impériale qui servait les empereurs de la dynastie Ming 明 (1368-1644) .

L'empereur Hóngwǔ 洪武 (ayant pour nom de naissance, zhū yuánzhāng 朱元璋), fondateur de la dynastie Ming avait une personnalité paranoïaque et méfiante. il était convaincu qu'un complot impliquant des fonctionnaires et des eunuques le menaçait en permanence. Pour assurer sa sécurité personnelle, il créa donc la Garde de brocart jinyiwei en 1368 qu'il utilisa rapidement comme police secrète.


En seulement trois ans, la garde augmenta considérablement, passant de 500 à environ 14 000 membres. Les Jinyiwei devinrent sous la supervision des hauts fonctionnaires eunuques, "les yeux et les oreilles" du monarque.

Les principaux informateurs étaient appelés contrôleurs des dossiers dangtou檔頭. Sur ordre d'un supérieur, ces informateurs punissaient et intimidaient les responsables de l'État, extorquant souvent de l'argent aux personnes ciblées. Un moyen courant de «punition» était la flagellation ou les coups publics tingzhang廷杖, une punition qui nécessitait normalement le consentement ou l'ordre de l'empereur.



Les Jǐnyīwèi pouvaient ainsi arrêter, interroger et punir tout individu, y compris les membres de la noblesse et de la famille impériale. Plusieurs membres de la cour impériale et de nombreux ministres furent executés. Éliminant tout ce qui pouvait représenter une menace réelle ou supposée pour sa dynastie, L'empereur Hóngwǔ fit supprimer aussi l'immense majorité de ses compagnons de route et imposa un système de surveillance de la population où chacun devait surveiller son voisin. Il instaura des cartes de résidences interdisant à ses sujets de se déplacer à plus de 50 kilomètres de leur maison. La police secrète était partout.

Les Jinyiwei avait également leur propre système judiciaire, ils pouvaient annuler toutes procédures administratives et judiciaires, avec des tribunaux et des prisons spéciales . Ces prisons étaient utilisées pour détenir et interroger les ennemis de l'État, ainsi que pour infliger diverses formes de torture.

La Garde de Brocart se renforçat encore pour devenir en 1369, un corps militaire impérial ajoutant à ses fonctions précédente, la collecte d'informations militaires sur les ennemis et la planification de batailles.


Les commandants portaient un uniforme jaune doré distinctif, avec une tablette portée sur le torse, et portaient une arme à lame spéciale.

Le commandant des Jinyiwei était généralement un officier militaire de confiance de l'empereur et était directement responsable devant lui.

De nombreux officiers militaires ont ainsi été nommés commandants de la Garde. Cependant, au fil du temps, la plupart de ces officiers ont abandonné leur rôle militaire pour devenir des bureaucrates, des nobles, des parents de l'empereur ou des fonctionnaires récompensés par des positions prestigieuses.


Le plus haut commandement en cas de guerre était entre les mains de l'empereur, et les généraux ne recevaient des sceaux officiels que pendant la guerre et devaient les rendre à la fin d'une campagne.

Le règne de Hóngwǔ fut ainsi caractérisé par une aggravation de la loi pénale et un contrôle strict de l'administration qui a souvent abouti à des purges sanglantes.

Sentant sa fin venir, l'empereur élimina l'ensemble de ses généraux et les responsables de ses polices politiques, tous ceux qu'il jugeait susceptibles de poser des problèmes à son successeur.

Pendant les dernières années de la dynastie Ming, les Gardes de Brocart sous l'autorité des eunuques furent impliqués dans de nombreux actes de corruption, d'extorsion et de violence et ont finalement contribué à leur échelle à la chute de la dynastie Ming.









74 vues
bottom of page