top of page
Rechercher

Gǎnyìng 感应 : la notion de résonance qui transforme notre perception du monde.

L'expression ganying occupe une place centrale dans un courant de pensée qui puise ses origines dans l'antiquité chinoise et atteint son apogée sous la dynastie des Han occidentaux.


Définition de Gǎnyìng

Lorsque l'idée de ganying est apparue pour la première fois dans les classiques chinois de la fin de la période des Royaumes combattants (475-221 avant notre ère), elle faisait référence à un principe cosmologique de "stimulus et réponse" entre des choses du même genre, analogue à la résonance sympathique vibratoire.


Ganying peut être traduit de différentes manières, telles que « action et réaction », « stimulus et réponse », « affect et effet », et de manière plus précise, par « résonance ». Le terme gǎn 感 signifie « sentir, ressentir ; bouger, toucher », tandis que yìng 应 signifie « répondre, consentir, se conformer ». C'est grâce au sinologue Joseph Needham que la traduction de Gǎnyìng 感应 par « résonance » a été proposée pour la première fois.

Gǎnyìng 感应 englobe notre faculté de ressentir et de percevoir le monde qui nous entoure en étant pleinement conscients de notre environnement et réceptifs aux stimuli externes. Cela va au-delà de la simple observation, car Gǎnyìng 感应 implique une profonde prise de conscience de notre environnement et des interactions avec les éléments qui nous entourent.


Cet article explore la signification de Gǎnyìng 感应 et ses applications dans différents domaines.


Dans la Nature

La nature elle-même est un exemple parfait de Gǎnyìng 感应. Les animaux ont des sens développés qui leur permettent de percevoir leur environnement et de survivre dans des conditions difficiles. Les plantes réagissent également aux stimuli externes tels que la lumière et la gravité en ajustant leur croissance et leur orientation. L'étude de ces phénomènes de Gǎnyìng 感应 dans la nature nous aide à mieux comprendre nos propres mécanismes de perception.


Comprendre le pouvoir de la perception

La notion de Gǎnyìng 感应 a joué un rôle crucial dans les commentaires philosophiques du Yijing et a été développée plus en profondeur par les penseurs naturalistes de l'Académie Jixia à partir du IVe siècle avant notre ère.


philosophie de Zōu Yǎn 鄒衍
philosophe Zōu Yǎn 鄒衍 Epoque des Royaumes Combattants

La philosophie de Zōu Yǎn 鄒衍 (-305 à -240), l'un des principaux représentants de cette école, a exercé une influence significative sur les penseurs des IIe et IIIe siècles avant notre ère. Ainsi, la notion de Gǎnyìng 感应 s'est enrichie à travers plusieurs ouvrages philosophiques de cette période, tels que les Annales des Printemps et des Automnes de Lü Buwei 吕不韦 et le Huainan zi 淮南子 de Liu An 刘安.

La notion de résonance exprime l'interconnexion de toutes choses dans le monde, où elles s'influencent mutuellement selon des structures émergentes, donnant l'impression d'une interaction spontanée, indépendante d'une entité externe. La résonance joue donc un rôle essentiel en tant que principe cosmologique pour appréhender l'univers dans sa totalité, où l'homme fait partie intégrante.

De nombreux écrits sur la résonance se concentrent sur le monde humain, soulignant que l'authenticité des émotions dans les relations humaines conduit à l'harmonie et à la créativité spontanée, tant au niveau de l'État que de la famille.


La résonance opère également dans les valeurs intellectuelles et morales, les arts, les techniques.

Tandis que le courant naturaliste met l'accent sur la résonance entre des éléments similaires, le courant taoïste suggére quant à lui une forme de résonance qui englobe indistinctement toutes choses.

Ainsi selon le Huainan zi, la véritable résonance est de nature totale. Seul l'homme véritable, l'homme taoïste idéal, est capable d'atteindre cette "résonance totale" avec l'univers.

Cythare chinoise
Cythare

Les textes anciens utilisent fréquemment l'analogie de la résonance des cordes ou de la vibration sympathique entre des instruments de musique chinois assortis pour illustrer le concept de "résonance cosmique" (gan ying).

La cithare à tube est par exemple un instrument de musique à cordes dans lequel un tube sert à la fois de manche et de caisse de résonance qui modifie le son et le transfère à l'air libre.

Les œuvres telles que le Zhuangzi莊子 , le Lüshi chunqiu吕氏 春秋, le Huainanzi 淮南子et le Chuci 楚辞 font référence à la pratique de pincer les notes pentatoniques classiques de gong (宮) et jue (角) sur une cithare à 25 cordes appelée se (瑟).

À partir du IVe siècle avant notre ère, le concept de Gǎnyìng 感应 a été utilisé dans l'étude des phénomènes acoustiques et musicaux.


L'allégorie de l'accordeur de luth et de l'homme véritable illustre de manière significative les concepts clés de la résonance.

En touchant une corde non accordée, l'accordeur de luth pourrait par hasard faire résonner toutes les vingt-cinq cordes d'un luth chinois. Cette image symbolise la notion de "résonance totale". Le silence est considéré comme la corde "non accordée", à l'origine de tous les sons et de toutes les notes musicales, tout comme l'absence de forme est à l'origine de toutes les formes et le non-être est à l'origine de tout être.


Ainsi, Les premières écoles de philosophie chinoise ont intégré le concept de ganying à diverses théories populaires de la causalité . Cela inclut la résonance universelle dans le taoïsme, ainsi que la résonance éthique entre le ciel et les humains dans le confucianisme.

Par la suite, la résonance de Ganying a été utilisée pour désigner une "rétribution morale" miraculeuse dans la religion populaire chinoise, et des prières dans le bouddhisme chinois.

Dans la période moderne, le terme chinois "stimulus et réponse" du ganying a été utilisé pour traduire certains concepts scientifiques occidentaux, tels que l'induction électromagnétique (diàncí gǎnyìng 電磁感應).

Zou Yan est un représentant de l'école Yin-Yang à la fin de la période des Royaumes combattants. Il est un représentant du taoïsme et le fondateur de l'école Yin-Yang. Zou Yan joua un rôle déterminant dans la théorie des cinq éléments, la théorie des cinq vertus .


Lü Buwei 吕不韦, pinyin : Lǚ Bùwéi,– né vers -291 ? – mort en -235 – est un personnage important de la fin de la Période des Royaumes combattants. Riche marchand devenu ministre, il régenta de manière avisée l'État de Qin durant plus de dix ans, avant d'être écarté à la majorité du roi Qin, futur Premier Empereur, et finalement de se suicider. On lui doit les Annales des Printemps et des Automnes de Lü la grande compilation encyclopédique des savoirs qu'il commandita.

 
N'hésitez pas à vous abonner pour retrouver tous les posts et bien plus encore...
C'est gratuit!





247 vues
bottom of page